Ruhrbesetzung 1923 : la France occupe le cœur industriel du Reich

Publié le

Mémoire - Gedächtnis Eurométropole de Strasbourg

Du 19 janvier au 8 mars, découvrez la nouvelle exposition des Archives Alsace à Strasbourg. Conçue à partir d'une coopération franco-allemande, elle est consacrée à un épisode historique de l'immédiat après-Première Guerre mondiale, méconnu en France mais dont le souvenir est resté très vif dans la Ruhr et en Allemagne.

Les deux expositions majeures du Ruhr Museum d’Essen ("Hände Weg vom Ruhrgebiet! Die Ruhrbesetzung 1923-1925") et de l’Institut historique de Recklinghausen ("Recklinghausen und die Ruhrbesetzung von 1923 bis 1925 "), consacrées en 2023 au centenaire de l’occupation de la Ruhr, sont réunies et spécialement adaptées pour le public français par la Collectivité européenne d’Alsace.

Elle aborde un épisode historique important : l'occupation de la Ruhr. La France et la Belgique décident brusquement d’occuper la Ruhr, cœur industriel du Reich, afin de saisir le charbon et les matériaux que l’Allemagne vaincue hésite à leur livrer au titre des réparations de guerre. Une occupation qui durera presque trois ans et qui sera marquée par la brutalité et la répression française face aux mouvements de résistance allemande, le sentiment antifrançais nourrit les progrès du national-socialisme dans l’opinion publique en Allemagne.

À propos de l'exposition

Benjamin Volff, historien et guide-conférencier, est à la fois un des commissaires de l’exposition du Ruhr Museum et le commissaire scientifique de l’exposition des Archives d’Alsace. Il est l’auteur des textes et assure toutes les traductions.

Conçue spécialement par le binôme Jean Muller & Gwen Perrier, la scénographie comprend, outre les textes simples et très compréhensibles, de très nombreuses photographies et affiches, des documents d’archives et quelques objets, ainsi qu’une grande carte et une frise chronologique. Deux séquences vidéo sont proposées, ainsi qu’un diaporama-mémoire de soldats impliqués dans les opérations militaires.

De manière générale, l’exposition est conçue pour convenir un plus grand nombre, elle privilégie le visuel et un langage simple et direct pour raconter un récit certes militaire et géopolitique, mais aussi humain.

Les conférences

  • 23 janvier à 18h : Dr. Matthias Kordes (Institut für Stadtgeschichte Recklinghausen), La bataille de la Ruhr et Recklinghausen sous l'occupation française, 1923–1925. Conférence en français

  • 2 février à 18h : Prof. Ralf Stemmel (Archives historiques Krupp), Konfrontationen und Kooperationen. Zu den Reaktionen der Industrie auf die Ruhrbesetzung. Conférence en allemand

  • 6 février à 18h  : Vincent Laniol, docteur en histoire (lycée Fustel de Coulanges), La responsabilité du traité de Versailles en question. Conférence en français

  • 13 février à 18h : Jean-Noël Grandhomme, professeur (Université de Lorraine), Du malaise alsacien à l'autonomisme. Les difficultés du retour à la France (1918-1928). Conférence en français

  • 16 février à 18h : Andreas Zolper, M.A. (Ruhr Museum Essen), Zwischen passivem Widerstand und offenem Aufruhr. Arbeiterbewegung und Arbeiterschaft an der Ruhr 1923. Conférence en allemand

  • 23 février à 18h : Prof. Margrit Schulte-Beerbühl (Heinrich Heine Universität Düsseldorf), Elsässer und Lothringer an der Ruhr 1923-25. Conférence en allemand

6 rue Philippe-Dollinger 67100 Strasbourg