Être aidant : passer le relai et bénéficier d’aides financières

En tant qu'aidant, vous pouvez faire appel à un certain nombre d'aides pour vous accompagner et faciliter aussi votre quotidien.

Passer le relai - les solutions à domicile

Le relayage ou suppléance à domicile ou temps libéré ou baluchonnage
Le principe du relayage à domicile consiste en l’intervention au domicile du proche aidé d’un professionnel ou d’un bénévole en relai d’un proche aidant. Il peut se faire sur quelques heures, sur une demi-journée, sur une journée ou jusqu’à 36h consécutives.

Le répit parental

C’est un dispositif  d’aide  et  d’accompagnement  à  domicile,  porté  par  les  caisses  d’allocations  familiales  (CAF), notamment pour les parents d’enfants en situation de handicap. Il s’agit de faire intervenir des professionnels au domicile des familles pour accompagner l’enfant, via les services d’aide et d’accompagnement à domicile (SAAD), afin de permettre aux parent de s’absenter.
Dans le Bas-Rhin, le répit parental est porté par la CAF en partenariat avec le Centre Ressources Enfance-Jeunesse & Handicap (CREJH).
Dans le Haut-Rhin, plus d’informations sur le site de la CAF68

Les solutions à domicile la nuit
Si vous avez besoin d’une présence constante la nuit auprès de votre proche, il est possible de faire appel à une garde à domicile qui sera présente toute la nuit et pourra intervenir en cas de besoin.

Vous pouvez aussi préférer un service de garde itinérante de nuit qui intervient ponctuellement le soir et la nuit. Les actes proposés vont de l’aide (au coucher, à la mobilisation…), au soin ou plus simplement une présence. Ces passages peuvent être programmés ou en urgence. Cette aide peut être réalisée par un service d’aide à la personne ou un SSIAD (Service de soins infirmiers à domicile) ou SPASAD (Service polyvalent d’aide et de soins à domicile).

Si la situation devient trop compliquée
Si soutenir votre proche devient trop compliqué à gérer ou si la situation de votre proche âgé ou handicapé se dégrade, c’est peut-être le moment de proposer à votre proche de changer de domicile. Des établissements d’hébergement peuvent proposer une prise en charge adaptée à votre proche. Il existe aussi des solutions alternatives comme des solutions d’habitat indépendant et sécurisé avec des services dédiés aux personnes en perte d’autonomie.

Retrouvez plus d’informations sur le changement de domicile ou les établissements d’hébergement dans les rubriques Personnes âgées ou Personnes handicapées.

Passer le relai - les solutions d'accueil

L’accueil de jour
Il permet au proche aidé de préserver son autonomie, de bénéficier d’un accompagnement individualisé, d’entretenir ses capacités, de renouer des liens mais aussi de sortir de chez lui.

Il permet aux proches aidants de se libérer du temps pour leurs propres occupations un ou plusieurs jours par semaine. Il permet également d’échanger avec des professionnels de l’accueil de jour ou avec d’autres familles vivant la même situation.
Des aides peuvent vous permettre de financer tout ou partie d’un service d’accueil de jour.

Plus d’informations pour les personnes âgées

L’accueil de nuit
Sur le même principe que l’accueil de jour, le proche aidé peut aussi être accueilli en établissement.
Plus d’informations sur les solutions à domicile la nuit

L’hébergement temporaire
Il permet aux personnes en perte d’autonomie qui vivent à domicile d’avoir ponctuellement une solution d’hébergement pour une courte durée. Il vous permet ainsi de pouvoir souffler ou assurer vos obligations personnelles et de vous absenter en passant le relai. L’hébergement temporaire peut se faire en établissement ou en accueil familial

Plus d’informations pour les personnes âgées
Plus d'informations pour les personnes handicapées résidant dans le Bas-Rhin

Si la situation devient trop compliquée
Si le soutien de votre proche devient trop compliqué à gérer ou si la situation de votre proche âgé ou handicapé se dégrade, c’est peut-être le moment de proposer à votre proche de changer de domicile. Des établissements d’hébergement peuvent proposer une prise en charge adaptée à votre proche. Il existe aussi des solutions alternatives comme des solutions d’habitat indépendant et sécurisé avec des services dédiés aux personnes en perte d’autonomie.

Retrouvez plus d’informations sur le changement de domicile ou les établissements d’hébergement dans les rubriques Personnes âgées ou Personnes handicapées

Passer le relai - partir en week-end ou en vacances

Vous pouvez participer à des séjours de vacances dédiés aux proches aidants, aux aidés ou aux deux. Ils sont organisés pendant 2 jours au minimum dans un lieu dédié avec une organisation d’activités adaptées. Ces séjours peuvent être organisés par une variété d’acteurs (associatif, privé, plateforme d’accompagnement et de répit, établissements et services médico-sociaux...) et selon des modalités variées.

Pour les personnes en situation de handicap, il existe :

Pour les personnes âgées dépendantes et/ou en situation de fragilité, il existe :

  • Des séjours Séniors en vacances de l’ANCV (l’Agence nationale des chèques vacances) pour les proches aidants, les aidés, ou le binôme aidant-aidé
  • Des séjours organisés par des caisses de retraite ou via des accords-cadres avec certaines caisses
  • Des séjours vacances organisés par des associations (Petits frères des Pauvres, Secours Populaires, France Alzheimer et maladies apparentées...)
  • Des villages répit vacances, destinés aux aidés et aux proches aidants comme Vacances Répit Familles

Vous pouvez bénéficier d’aides pour partir en séjour
Il est aussi possible de solliciter : des prises en charge ponctuelles des complémentaires santé (AGIRC/ARCCO), des caisses de retraite ou des mutuelles; des co-financements apportés par des assurances; un soutien financier des CAF et des caisses de retraite (MSA, CARSAT); des aides communales extralégales; les chèques vacances de l’Agence nationale pour les chèques vacances (ANCV)...

Plus d'information plus bas.

Des aides financières pour le répit

Plusieurs aides peuvent vous permettre de bénéficier de solutions de répit pour vous dégager du temps ou vous reposer.

Important : lorsque votre proche en perte d’autonomie fait une demande ou un renouvellement d’aide (APA, PCH, AEEH…), la situation et les besoins de votre proche sont pris en compte, mais aussi les vôtres. Il est donc important d’indiquer votre implication dans le quotidien de votre proche et les besoins que vous pourriez avoir pour l’accompagner.

Pour les personnes âgées :
L’allocation personnalisée d’autonomie (APA) peut financer certaines solutions de répit comme l’accueil temporaire ou le relayage à domicile. Bon à savoir : si vous devez être hospitalisé et que votre proche ne peut pas rester à domicile, une aide ponctuelle peut vous être accordée pour mettre en place un hébergement temporaire pour votre proche ou un relai à son domicile. Plus d’informations sur l’aide au répit pour les aidants de personnes âgées.

Pour les personnes handicapées :
La Prestation de Compensation du Handicap (PCH) ou l’Allocation d’Education de l’Enfant Handicapé (AEEH) peuvent aider à financer des solutions de relayage à domicile. D’autres aides sont également possibles. Informez-vous auprès des organismes qui délivrent les aides de votre proche (Collectivité européenne d’Alsace, MDPH, Carsat, complémentaire santé, caisse de retraite, assurance dépendance…).

Être rémunéré pour l’aide apportée à son proche

Il est possible d’être rémunéré pour l'aide apportée à un proche en perte d’autonomie, en devenant son salarié. On appelle cela l’emploi direct.

Attention :

  • si vous travaillez déjà, assurez-vous auprès de votre employeur que vous pouvez cumuler plusieurs activités professionnelles
  • si vous décidez de réduire ou de cesser votre première activité professionnelle pour apporter votre aide à votre proche, pensez d’abord à bien étudier les possibilités d’adaptation de votre activité professionnelle

Si votre proche est bénéficiaire de l’Allocation Personnalisée Autonomie (APA), de la Prestation de Compensation du handicap (PCH) ou de l’Allocation d’éducation de l’enfant handicapé (AEEH), votre aide peut être considérée, sous certaines conditions, comme une aide inscrite dans le plan d’aide de votre proche. Informez-vous auprès des organismes qui délivrent les aides de votre proche.

Être indemnisé lorsque vous cesser temporairement votre activité professionnelle

Si vous devez cesser votre activité professionnelle temporairement, vous pouvez demander à bénéficier d’un congé spécifique sous certaines conditions mentionnées plus bas dans "Travailler et aider un proche".

Pendant ce type de congé, vous pouvez percevoir une indemnisation :

L’assurance vieillesse du parent au foyer

L’assurance vieillesse du parent au foyer (AVPF) garantit une continuité dans la constitution des droits à la retraite des personnes cessant ou réduisant leur activité professionnelle pour s’occuper d’un enfant ou d’une personne gravement malade ou en situation de handicap. 

Les aides fiscales

Si vous aidez un proche âgé en l’hébergeant durablement chez vous ou en participant à ses frais d’hébergement en établissement d’hébergement type EHPAD (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes), vous pouvez bénéficier d’aides fiscales. 

Travailler et aider un proche

Tout d'abord, n’hésitez pas à informer votre employeur sur le fait que vous soyez aidant et sur votre situation. Le statut d’aidant est encadré au niveau législatif et permet la mise en place de droits et d’éventuelles adaptations de poste. Il est primordial que vous soyez dans l’échange avec votre employeur pour trouver des solutions qui vous conviennent et qui lui conviennent.

Qui sont les bons interlocuteurs ?

  • votre manager de proximité
  • votre direction des ressources humaines
  • la médecine du travail
  • les représentants du personnel

Vous pouvez également aménager ou adapter votre quotidien professionnel en accord avec votre employeur : aménagement des horaires, du lieu de travail voire télétravail, des déplacements, des modalités de prise des congés…

S’absenter, cesser ou réduire votre activité

  • Le don de jours de repos entre collègues permet au salarié qui en bénéficie d’être rémunéré pendant qu’il s’occupe de son proche.
  • Disponibilité et temps partiel dans la fonction publique
  • Le congé de proche aidant permet de suspendre ou réduire temporairement votre activité professionnelle pour accompagner un proche en perte d’autonomie. L’allocation journalière du proche aidant peut vous permettre d’être indemnisé pendant cette période
  • Le congé de présence parentale permet de rester au chevet de votre enfant de moins de 20 ans, victime d’un accident grave, d’une maladie ou d’un handicap nécessitant la présence d’un adulte à ses côtés. L’allocation journalière de présence parentale peut vous permettre d’être indemnisé pendant cette période.
    En savoir plus dans le secteur privé
    En savoir plus dans la fonction publique
  • Le congé de solidarité familiale permet de rester auprès d’un proche en fin de vie. L’allocation journalière d’accompagnement d’une personne en fin de vie peut vous permettre d’être indemnisé pendant cette période.

A savoir : d’autres dispositifs plus avantageux peuvent être mis en place dans certaines branches d’activité ou par certaines entreprises dans le cadre de leur action sociale pour vous aider à concilier au mieux votre activité professionnelle et votre rôle d’aidant.